De Bangkok à Bangkok, scènes sur fond azur

Publié le par Léonard Jaillet

Bus de nuit en direction de Bangkok. On m'a prévenu, ces bus les moins chers sont en contrepartie pratiquement tout le temps fouillés : avec la complicité du chauffeur, quelqu'un se glisse tranquillement dans la soute après que tous les passagers soient installés, ce qui lui donne tout le temps du trajet pour faire les sacs et récupérer les objets de plus grande valeur. Du coup je garde tout ce que j'ai d'important dans mon petit sac à dos et puis bon, si ils veulent vraiment voler mes T-shirts crades, qu'ils se servent !

Bangkok, première ! 30 décembre tôt le matin. Arrivée à Khao San, le ghetto touristique du grand Bangkok. Partout des mini shop qui vendent les derniers T-shirts fashion, les CDs piratés à 2 euros, et autres gadgets débiles, sans oublier les tatoueurs et piercingueurs. Ca sent globalement les jeunes touristes débiles qui se lâchent (incroyable le nombre de gars accompagnés de leur petite thaïlandaise...) . Et puis pour compléter le tableau, à chaque coin de rue ces fameux "lady-boy", ces transsexuels qui forment véritablement le 3ème sexe de la capitale. Quand je cherche un hôtel, je me rend compte que la plupart sont pleins et les quelques places qui restent sont vraiment très chères. Je commence à me demander si je ne vais pas filer dans le sud moi. Je ne comprends plus vraiment ce que je fais ici...

Me voici donc frappant à la porte de la première agence de voyage que je trouve, pour leur demander ce qu'ils auraient à me proposer pour fuir d'ici. Là, le mec m'explique que tous les bus sont pratiquement pleins, qu'il ne lui reste plus que quelques places pour aller à Ko Pha Ngan, une des îles du sud, mais que la place du coup est très chère. J'hésite un peu et décide de d'abord tenter ma chance en allant par moi même à la gare du sud, pour me prendre un billet comme un vrai petit thaïlandais. Après avoir galéré à marcher 2 heures pour atteindre la gare, je me rends compte là-bas que tout est écrit en Thaï (magnifique écriture certes), que personne ne parle anglais, que ni les noms de gare ni les horaires ne correspondent à ceux de mon guide. Bref, ça sent la loose et je me dis que des fois j'aime bien me compliquer la tête pour rien... 2 nouvelles heures à pied pour revenir à la case départ, mon agence de voyage (j'aime pas prendre les taxis) . Voilà le gars qui m'explique que trop tard, il n'a plus de place pour partir. Je suis vert et je commence à me résigner à chercher une guest house pour le soir (l'après midi est déjà pas mal avancé et c'est jamais très agréable de ne pas savoir où dormir...). Bon, je frappe quand même à la porte d'une dernière agence et Ô bonheur, j'arrive à prendre une des 5 places restantes pour un bus qui part le soir même pour Ko Pha Ngan (à vrai dire, je ne sais rien de cette île, mais ce qui compte c'est de ne pas passer le nouvel an dans ce Bangkok glauquissime !). Bon, me reste encore 2 heures ici, juste le temps de visiter les principales "tueries" de la capitale qui, ça tombent bien, sont toutes regroupées pas loin d'ici. Hop, en 2 heures Wat Phra Kaew, le Grand Palace, Wat Pho et le musée national.  Il s'agit de faire dans l'efficace. Faut dire que vu le nombre de temples que j'ai déjà vu depuis le début, même si ceux-ci redoublent de splendeur, je commence un peu à avoir l’œil las...
Voila, après une quinzaine d'heures à marcher dans Bangkok , je me retrouve pour la deuxième nuit consécutive dans un bus (penser à prendre une douche dès que possible), cette fois-ci en direction des îles paradisiaques  (on m'a dit que sans réservation, jamais je n'arriverai à me loger un 31 décembre sur ces îles. Oui, oui, un problème à la fois...). J'adore voyager !!

Ko Pha Ngan.
Débarqué tôt le matin dans un hangar à touristes, avant de prendre un gros bateau de croisière en direction de Ko Pha Ngan. J'ai quitté l'univers des voyageurs au long cours, me voici clairement entouré de tous les vacanciers qui sont venus la quinzaine en Thaïlande pour fêter le nouvel an sur les plages. Changement d'ambiance. A l'arrivée sur Ko Pha Ngan, on a le droit au classique flot de rabatteurs qui viennent nous sauter dessus pour nous proposer leurs bungalow 3 fois plus cher certes, mais qui ont l'avantage d'être libres (pour le coup, ils marquent un point !)  Je me rends compte aussi que les quelques lignes de mon guide à propos de l'île  ne vont pas m'être de grande aide pour rechercher une bonne place ou dormir. Bon, allons y au feeling. Je vois un groupe qui monte dans un tuk-tuk. Zou, je monte avec eux. Coup de bol, ils se dirigent vers le nord de l'île et j'avais rencontré des français qui m'avaient justement conseillé cette zone. Dans le véhicule, je rencontre un couple de français qui ont eux des places réservées dans un "resort" et un couple d'anglais qui eux vont essayer de trouver une place au petit bonheur la chance. Suivons les. La galère à plusieurs c'est toujours plus rassurant...
   
Nous voilà donc débarquant au nord de l'île. Plage de sable chaud, mer turquoise. Reste plus qu'à se  loger. Or les premiers "resort"  que l'on rencontre sont tous pleins (et les places particulièrement chères) . On décide donc de se séparer. Je longe la cote par la gauche à la recherche de places libres et la fille du couple par la droite. Le mec lessivé garde nos affaires. Arrivé au bloc de bungalows suivant, on me dit que j'ai bien de la chance qu'une belle petite place pas chère vient de se libérer.  Je retrouve les 2 anglais qui sont toujours en galère et leur explique un peu gêné que pour moi c'est bon. Bonne chance...

Rha, le 31 décembre les pieds dans l'eau, j'en rêvais... Bon, même si je suis quand même cassé (ça fait 2 nuits que je fais dans un bus), je me ferais bien un petit truc pour l'occase... Alors qu'est ce qu'il y a sur l'île ?? Je me balade un peu et apparemment c'est mort de chez mort. Je sens que je vais me coucher avant minuit ce soir ! J'arpente donc la plage à la recherche de quelque soirée guitare au coin du feu. Je vois justement de la fumée au loin... Fausse alerte ! Juste quelques brindilles brûlées à la va-vite. Mais ce petit trajet m'a rapproché de l'endroit où les le couple de français était descendu du tuk-tuk et justement, je tombe sur eux en train de boire l'apéro avec 3 autres français. Bon, il s'agit de faire preuve de diplomatie.
- Bonjour, j'ai entendu que vous étiez français, ça ne vous dérange pas si je vous parasite?? (Ca y est je le sens que je vais avoir de nouveaux amis !)
- Heu... non, non, pas de problème, seulement voilà, nous on s'apprêtait à filer de l'autre coté de l'île pour aller fêter le nouvel an (merde c'est mort...)
-  ...
- Bon, si tu veux tu peux venir avec nous (c'est une formule de politesse ou c'est une vraie proposition ?!)
- ...
- ??
-  Bin.... ça roule !

Et me voilà repartit avec toute la petite troupe de grenoblois en direction de "là où ça se passe".  Effectivement, au sud de l'île c'est autre chose... Contrairement à l'ambiance morte du nord, ici ça grouille de monde. Et quand on arrive sur la plage, c'est de la folie. 3000 personnes agglutinées pour une énorme "party". La sono met les watts, l'ambiance est déjantée, profusion d'alcool bien sur, mais le tout semble encore bon enfant. Ici, tout le monde y s'aime...  Bref une très belle soirée où je sens aussi que ça fonctionne bien avec le groupe de français et que le parasitage ne fait que commencer... C'est tard dans la nuit, au cœur du creux de la vague, affalé sur une table de resto en train de discuter avec d'autres français croisés par hasard que la nouvelle tombe : vague d'attentats à Bangkok ! 6 bombes ont explosé dans la soirée, dont plusieurs pile poil à Khao San, dans le quartier touristique. Pinaise j'y étais hier et j'ai vraiment failli rester là-bas !! Wahou ça fait bizarre quand même. D'un coup j'ai moins envie d'aller danser au milieu de la foule. Plus tard on allait apprendre que 2 nouvelles bombes allaient encore exploser dans la soirée. Au total 8 bombes, 2 morts et 36 blessés. Quand je le disais que je le sentais pas Bangkok....

Les journées suivantes je les passe donc avec mes petits français. Palmes et tuba  pour aller  observer la barrière de corail et les poissons multicolores, bronzette et mots fléchés :D. On se sent un peu en famille, du bonheur...  Petit incident un soir, qui aurait pu tourner mal. Un australien bourré et aigri après avoir fait un show/scandale au resto où l'on mangeait revient en fin de soirée alors que tout était fermé et que nous jouions peinards à la coinche. Et voici le gros malin qui décide de nous prendre pour cible avec des bouteilles de verre vides. Et, ce con même complètement cuit vise bien ! Si on avait pas eu les palmiers pour nous protéger un peu, sur qu'on s'en prenait une en pleine figure... Après s'être réfugiés dans nos bungalows, on apprendra le lendemain que le gars  allait filer à l'anglaise au milieu de la nuit histoire de ne pas payer l'addition...  

Ko Tao.
Mais voilà qu'après seulement deux jours mes français décident de repartir déjà. Destination Ko Tao, une ile voisine qui d'après les guide est à Ko Pha Ngan, ce que la Ford Mustang est à la Peugeot 205 (vous me suivez ?) Bref, on est sensés  avoir droit à "The" plage 4 étoiles. Je me sens obligé d'aller voir ce que ca donne, je suis des votre... Là-bas, je suis toujours mon groupe qui s'offre même le luxe d'aller se poser sur une des 3 mini-îles en bordure de Ko Tao, reliées par un petit ponton de sable blanc. Effectivement, là on y est ! Plage pure, décors de carte postale et même pas trop de monde ! Et comme la vie c'est vraiment trop dur, on va s'offrir un peu de plongée dans une eau tropicale à 30 ° qui regorge de coraux multicolores et où viennent s'amuser une variété impressionnante de jolis petits poissons fluos. L'expérience est vraiment géniale. On est le 3 janvier 2007, on me dit qu'en France il fait gris...

Après quelques jours luxueux, l'heure du départ sonne déjà. Alors que le petit groupe a prévu de monter sur Bangkok pour visiter un peu la capitale, moi je dois continuer plein sud. Je ne sais encore pas trop. Peut-être encore quelques jours en Thaïlande, avant de passer la frontière pour rejoindre la Malaisie... L'idée était de passer une dernière soirée tous ensemble sur l'île principale de Ko Tao, avant de se quitter le lendemain. Mais comme tous les logements de l'île sont pleins mes français décident de remonter sur Bangkok dès le soir même en prenant un bateau de nuit pour rejoindre les terres. Me voila pris de court et je ne sais pas trop quoi faire, un peu en panne d'inspiration. Bon, après tout Bangkok, je ne connais pas vraiment et j'ai encore bien envie de rester avec ce petit groupe. Changement de programme, je les suis jusqu'à la capitale! Trajet de nuit magnifique, dans un vieux bateau tout rouillé où avec nu peu d'imagination on se croirait réfugiés politiques. Le plaisir de dormir en rang d'oignon sur un petit matelas où ton voisin s'affale inévitablement à moitié sur toi...
 
Bangkok, deuxième ! Quelques jours à découvrir un peu mieux Bangkok, qui reste quand encore à mes yeux une grosse usine à touristes ! Balades nocturnes dans l'inévitable quartier chinois, combats de boxe Thaï endiablés (où cette fois je prends mon appareil photo ! ) , petits trajet en bateau le long de la rivière, petits bouibouis, apéros le soir et même pour une fois un peu de shopping souvenir... Même si on arrive pas toujours à accorder tous nos violons, on forme quand même une belle bande. Et quand les français s'en vont (et oui, pour eux les vacances c'est déjà fini), je me retrouve une fois de plus seul dans une grande ville où je n'ai plus aucune envie de mettre les pieds. Pour lutter contre la baisse de régime, me faut vite changer d'air ! Je décide donc de partir dès le lendemain en train pour la Malaisie (avec l'espoir secret de replonger là bas !). C'est ballot, à quelques heures près, je loupe Guillaume et Suzanna, mes deux laotiens préférés qui viennent de débarquer à Bangkok.

Plus que quelques semaines de voyage. Surtout, surtout, ne pas se retourner !

Commenter cet article