L'enfer c'est les autres

Publié le par Léonard Jaillet

Retour en bus de Don Det à Pakse. Sur la route, rien de notable, si ce n'est cette vache que l'on percute suite aux excès de vitesse de notre fou furieux de chauffeur.  La vache a l'air de s'en sortir pas trop mal, mais de toute façon,  ce qui préoccupe d'avantage notre brillant chauffeur c'est l'état de son bus.  Bilan, un  feu avant explosé et un petit poc, rien de vital, nous voila repartis...

A Pakse, je rencontre Mathieu et Isabelle, 2 jeunes français qui sont en Asie pour 4 mois, puis un autre français qui fait le tour de l'Asie avec sa femme et ses deux jeunes enfants en vélo (les petits étant trimbalés en remorque) . Et bien ça a décidément l'air d'être un bon plan de voyager en vélo. Toute la petite troupe est vraiment sympa et ce sont au final de belles discussions autour de la "beer lao", la spécialité nationale...

Le soir, bus de nuit en direction de la capitale, Vientiane. Pour nous aider à dormir, on nous projette des films. D'abord un truc américain à la con en "Laotien" non sous-titre,
puis un film d'horreur avec du sang de partout et surtout une musique complètement stressante.  Bien sur, impossible de fermer l’œil, avec  toute les 5 min, une musique stridente qui surgit avec le mec poignard à la main planque derrière la porte...

Dix jours à Vientiane de pas grand chose si ce n'est rien... Vientiane, c'est une blague ! Pour une capitale c'est hallucinant, il n'y a rien ! Faut dire aussi que le Laos dans son intégralité ne comprend que 7 millions d'habitants !  Les rues sont principalement désertes, ambiance petit village et pas grand chose à visiter ou voir... Et bien finalement, ça fait du bien !  Je m'isole pour bloguer un peu au calme, me fait quand même une ou deux visites de temples et reste quelques jours de plus pour le grand évènement : la fête nationale. Alors défilés de chars ? Grand discours, fêtes et cotillons ? Et non, à l'échelle de la "ville", rien ! Une journée encore plus morte que d'habitude avec la moitie des commerces de fermes. Et le seul concert de visible regroupe une centaine de personnes, avec quelques jeunes qui font de la zik-mu plutôt niaiseuse....
 
Finalement, je quitte le centre du monde pour filer un peu plus au nord, destination Vieng Vian. Cette "ville" est elle aussi une ville factice, mais dans un tout autre style. Ici, c'est une ville 100% dédie aux touristes. Le long de la rue principale (et à vrai dire la seule vraie rue), des bars qui proposent sandwichs, pattes, pizzas et hamburgers, mais aussi space-pizzas, happy mushrooms... et qui projettent des films et séries américaines en continu, que l'on regarde affalé sur des coussins. De Friends aux Simpsons en passant par le dernier pirate des caraïbes, tout y est. Ici, c'est aussi un peu l'ambiance colonie de vacances (je ne sais pas si j'ai vu un touriste de plus de 30 ans) . La journée, l'activité principale c'est le "tubing", c'est a dire glisser le long de la rivière en grosse bouée jaune et surtout s'arrêter à quelques uns des dizaines de bars qui jalonnent le parcours, pour fumer et boire ce que l'on veut. Bref le paradis, mais pour sur,  artificiel...

Enfin bon, je dis ça, parce qu'on me l'a longuement décri, mais moi j'avoue avoir zappé le coup des bouées. En fait, je me rends vite compte que je ne me sens vraiment pas à ma place ici. La majorité des gens sont là pour faire la java jusqu'à l'extrême alors que moi je ne suis pas dans ce délire, d'autant plus que je suis tout seul. Heureusement , je rencontre aussi Guillaumar et Suzie, un petit couple super sympa. Les 2 vivent en suisse italienne ou ils viennent de finir des études d'acteurs de théâtre mais Guillaume vient de la suisse française alors que Suzie est slovaque. Apres une chouette soirée a papoter, je décide d'aller sous leur conseil visiter les grottes alentours avant de fuire cet étrange ville fantôme.

Faut dire que les alentours de la ville sont absolument splendides (des couches de soleil de fous) et qu'effectivement, en louant un petit velo, on a acces a de la campagne et a des grottes vraiment chouettes. Sur la route, je croise une bande de gamins qui rentrent de l'ecole et me courent apres. Au debut je ne comprends pas trop mais finit par m'arreter. Hop, le premier gamin saute sur le porte bagages et me voila a le prendre en stop sur quelques kilometres. Tranquille la vie.

Les journees entre Vientiane et Vieng Vian sont au final peut etre les plus solitaires et les plus creuses de mon voyage et du coup, probabalement les plus dures. Finalement je quite avec hate Vieng Vian a la recherche d'un second souffle. Direction Luang Prabang, qui est sensee etre LA ville ideale du nord Laos, avec tout ce qu'il  faut pour en faire un petit paradis... En route, mauvaise troupe !

 

Publié dans Le monde d'Edena

Commenter cet article

titou 20/01/2007 09:43

Je t'imagine trop dans un demi-sommeil sortir brusquement un oeil de son orbite les cheveux hérissés lorsque surgit l'homme au poignard ! J'en ris !