comfortably numb

Publié le par Léonard Jaillet

Money money money...

Me voila à l'aéroport de Phom-Penh, pour un vol à destination de Pakse au Laos. J'ai lu quelque part que le visa coûtait 30 $ alors que je n'en ai sur moi que 27. Du coup je demande à une des personnes d'un groupe de sexagénaire français d'échanger certains ses dollars contre quelques uns des euros que j'avais précieusement conservé pour des moments comme celui-ci. Le type, ultra méfiant, me dit d'abord qu'il n'a pas de dollars, puis finalement qu'il en a mais qu'il ne peut pas me les donner parce qu'il en a trop besoin, puis me dit qu'il n'a pas de petite coupure... finalement j'arrive avec peine à troquer 5 de mes euros contre 5 de ses dollars... Certes je me suis fait voler par ce bon franchouillard mais au moins je ne serais pas bloqué à la douane..

Arrivée à Pakse cote Laos. Le vilain monsieur du guichet m'explique que le visa coûte 35 dollars et non 30 qu'ils n'acceptent ni CBs, ni les euros... Cool les gars !Je regarde autour de moi à la recherche d'un groupe de gentils français mais ceux que j'avais rencontré sont tous restés dans l'avion pour continuer jusqu'à Vientiane, la capitale (les planqués !) . Heureusement, une anglaise qui a fait le trajet avec moi me tend 3 dollars en 2 temps 3 mouvements et voici voica, god save the Queen, me voila sans un dollars et sans un kip (monnaie locale) mais, Oh bonheur, en terre laotienne...

Décidément pas simple de chasser les sioux ici. Les 2 banques de la ville n'acceptent pas ma carte et on m'explique que ce n'est qu'a Vientiane et uniquement là-bas, donc beaucoup plus au nord, que je pourrai retirer des kips. Heureusement, j'ai encore une centaine d'euros de secours que je change fissa et sur lesquels je vais devoir vivre pour les quelques jours que j'ai planifié de passer dans le sud, avant de remonter sur la capitale...

Calme et volupté

Voila, ces petits problèmes matériels étant derrière moi, je me balade enfin tranquille dans la ville. Tranquille... j'avais oublié ce que le mot voulait dire.... C'est fou, je suis dans la rue principale, tout le monde voit que je suis un touriste, et seul de surcroît. Bref, la proie idéale... mais non, personne ne me saute dessus pour me demander quoi que ce soit. Pas de doute, je suis bien dans un autre monde et ça fait du bien !

Je  ne sais pas a quel point c'est lié, mais je me rend compte qu'ici, il est aussi beaucoup plus facile de rencontrer du monde. D'abord, je croise une belge qui fait avec son amie le tour de l'Asie en vélo. Je note que ça a l'air top, un super moyen pour profiter pleinement des  paysages et des gens, en sortant des grands circuits touristiques. Bah, un jour moi aussi, je ferais ça...
Le soir,  je rencontre aussi un groupe de 4 personnes. un couple de français un peu plus jeunes que moi et un couple français/grecque(?) entre 35 et 45 ans. En deux minutes ont a déjà abordé tous les sujets importants. Les meilleures destinations de voyage, les différences de culture et, et, la bouffe française. Bref on parle de tout et je me sens en famille. Je sens en particulier que je m'entends vraiment bien avec les 2 jeunes et qu'ils recherchent un peu la même façon de voyager que moi.
 
L'autre français est aussi incroyable. D'abord un conteur né, un sorcier vaudou ultra charismatique, qui parle affreusement mal anglais, pour notre plus grand plaisir.  Ensuite il a fait 2-3 voyages incroyables dans sa jeunesse qui lui ont donné la chance de faire et voir des trucs de fous. (en France sinon et si j'ai bien compris, il élève des vaches !). Il nous raconte comment avec une équipe d'explorateurs français ils ont été les premiers à remonter une rivière en Papouasie. Il nous explique comment la nuit, ils dormaient dans leurs pirogues sous de grosses moustiquaires (préférant éviter les dangereuses berges en bordure de forêt) et que malgré ces précautions il a chope le palu. Il nous explique comment ils sont allés à la rencontre de l'un des derniers villages anthropophages, mais que ceux-ci, fin gourmets, ne mangeaient que certaines parties bien précises du corps de leur victimes (les yeux, les oreilles...) car ceux-ci sont sensés avoir des vertus magiques. Il nous explique comment ils utilisaient des blocs de tabac séchés et des machettes comme droits de passages, comme cadeaux pour se faire accepter par les tribus... Il nous raconte encore mille et une histoires... Et franchement, avis aux s sceptiques, je doute vraiment que ça soit du pipo. Les 4 ont décidé d'aller faire un tour de quelques jours dans les alentours et proposent que je me joigne à eux. Moi, un peu pris de court,  j'ai peur de me faire bloquer rapidement par ces histoires de  sioux alors que je veux aller encore plus au sud. Ensuite, Ô contraintes matérielles, je ne suis sensé récupérer mon linge propre que le lendemain en fin de matinée, alors que eux partent le matin. Bref, je décline l'invitation et c'est un peu con, à mon avis, une chouette occase de loupée.

Le lendemain, je suis finalement mon plan originel et file au sud en direction de Don-Det, une toute petite île au sein du groupement des 4 000 îles, formées par le monstre Mékong dans cette région. Sur la route, je fais la connaissance de Charlie et Woody, un couple d'anglais, avec qui je vais passer la majeure partie du temps pendant toute cette la grosse semaine que je vais passer la bas. Don Det est vraiment une mini île complètement archaïque, avec de l'électricité seulement à partir de 18 heures et si on a de la chance jusqu'a 21-22 heures. Mais Don-Det, c'est aussi  un petit paradis, la place idéale pour se ressourcer et se laisser complètement aller à l'oisiveté. Au milieu de buffles, des poules et des cochons, des journées à rêvasser, bouquiner dans un hamac, jouer aux cartes ou aux échecs en bordure de Mékong, des mini balades en vélo et à pied... Et surtout évènement de la journée, à ne pas louper le soir, l'incroyable couché de soleil qui s'étant sur le Mékong, avec non loin, les pêcheurs dans leur pirogue finissant leur journée de travail....

Publié dans Le monde d'Edena

Commenter cet article

019-2232235 13/02/2007 06:08

Hi Leo, i have go through you blog already. For me its was nice even i could'nt understand the languege. I saw a lot of beutifull photo inside which is i already see it before when we meet. I feel regret that i did't really focus when you are teaching me a france languege.
I know that you going to continue to travell after this, but between this time could you up date what was your activity and a picture of it. And also... maybe you can write a bit in english or you can teach me  a france language? Anyway, it was really good information of travelling. As you know you just inspire me to do the same thing. thanks my friend.

Benoît L. 06/01/2007 14:05

Bon début d'année Léo

titou 04/01/2007 21:30

Le cochon poilu est plutot pas mal également !
Bonne année et gros bisous !!

Caro 01/01/2007 15:06

Comment les baraques tiennent elles sur des alumettes... un mystère de plus, ces photos sont très belles , toutes, mais décidément je vote pour le muffle du buffle...Bon début d'année 2007 à Ko Phan Gan; Take care Léo!