Sapa : où ca casse

Publié le par Léonard Jaillet

Après un passage de frontière en douceur, (à peine une petite tentative pour nous arnaquer sur le change), nous prenons un mini-bus pour Sapa, village touristique perché sur une montagne au Nord du Vietnam. Je ne sais pas vraiment pourquoi mais on sent tout de suite que l'on est plus en Chine. Peut-être la présence des cocotiers et bananiers qui donnent un coté plus sauvage, plus "Asie". Peut-être aussi le fait qu'ici beaucoup portent le "chapeau chinois" (contrairement à la Chine !), peut-être tout simplement parce que l'on retrouve ici notre bon vieil alphabet...

Le long de la route, des bandes d'enfants de 4 à 7 ans livrés à eux mêmes et qui apparemment rentrent de l'école. Je suis frappé par leur aspect adultes. De vrais petits bouts d'hommes et de femmes, dans des costumes splendides. Je m'enfonce doucement dans des rêveries à propos des différences entre l'enfance d'un vietnamien et celle d'un français...

Réveil choc ! A peine arrivé, on se fait assaillir par des gens qui nous proposent leurs hôtels. Mais pas qu'un peu hein ! Ils nous tirent par l'épaule, nous montrant des prospectus et surtout nous parlent tous à la fois en continu, sans même prendre le temps de prendre leur respiration. Magnifique cacophonie ! Ca se bat sur les prix, petit à petit, certains se découragent... Bon, on tranche, on va visiter ton hôtel à toi, ma petite dame, parce que t'as l'air honnête. 5 minutes que je suis ici et tout ce remue ménage m'a lessivé...

Sapa est un très joli petit village de montagne à l'architecture française (moi je trouve que ça fait portugais, mais bon, je me tais). Au loin, les rizières. Ce qui fait le charme de la ville, ce sont aussi ces costumes traditionnels aux couleurs flamboyantes que portent les (encore une fois) "minorités" ethniques, que l'on trouve ici. Si j'ai bien appris ma leçon, ça devrait être des Hmongs noirs et des Dao rouges (pas facile de se retrouver parmi toutes les ethnies vietnamiennes : il y en aurait plus de 50). En tout cas ils sont tous mimi et malheureusement ils le savent.  Tu sors ton appareil photo et ce qui pour eux est l'occasion de venir te voir pour essayer de te vendre de tout et de rien. De la guimbarde locale au costume traditionnel en passant par la poussière d'ange locale... Du coup ça fait un petit peu trop truc à touriste (mais après tout que suis-je ?). Dommage...

Le lendemain de notre arrivée, on part en excursion d'une journée pour faire la visite de rizières et villages alentours. C'est l'occasion de faire la rencontre de Julie et Romain, deux français qui voyagent ensemble et de Paul, un anglais qui vit en Suisse depuis 8 ans. Tous les 3 très sympa. La balade est super agréable. Le paysage est merveilleusement beau, les locaux que l'on croise sont tout sourire et ne manquent pas d'humour, des fois nous taquinant pas mal. Une petite fille de 8 ans toute jolie nous suit sur toute la balade. On est tous impressionnés de voir à quel point elle parle bien anglais alors qu'elle ne l'a appris qu'avec des touristes comme nous. On se demande pourquoi elle nous suit comme ça et surtout "qu'est ce qu'elle veut nous vendre ?!" Et non rien, c'est gratuit. Les bracelets qu'elle nous avait proposé au tout début de la balade finalement elle nous les offre un par un. Et bien mine de rien ça fait plaisir ! De retour de cette super journée on se pose tous les 5 à un café. Bière fraîche, assiette de frites et baguette française. Elle est beeeelle la vie.

Il y a des journées plus galères...
Le lendemain, on décide de se retrouver tous les 5 pour louer des motos et faire le tour des environs (ici c'est un grand classique : tu ne peux pas faire dix mètres sans entendre un "Hello, motobyke"). Moi j'ai jamais fait de moto mais bon, on m'explique que c'est facile, que ça s'apprend vite... Je monte sur un des terribles engins pour le tester, faire mes premiers pas. Dix mètres de ligne droite, petit demi-tour pour revenir sur mes pas. Wahou ça j'ai jamais fait. Je ne sais plus où est l'accélérateur, le frein, les vitesses... Par contre le mur je le vois bien et crac, je me le prends de coté, à 10 à l'heure mais tout de même, joli frotti-frotta avec mon véhicule.

Bilan, moi je n'ai absolument rien, mais mon 2 roues à de belles nouvelles rayures sur l'avant. Le gars qui loue les motos regarde les dégâts et n'a  pas l'air de trouver ça "fun". Il prend un air consterné et me demande 800 000 dongs soit 50 dollars. Bon, dans l'absolu c'est pas une somme folle mais comparé au coût de la vie ici, c'est énorme. Il m'explique bien que c'est un prix d'ami, mais qu'au Vietnam, les motos sont aussi importantes que les individus, que c' était un peu comme si je lui avait entaillé son bras à coups de couteau...
De mon côté, j'essaye de rester zen je lui explique que je veux bien réparer ma faute mais que je demande juste un prix raisonnable, honnête...

Pas loin de 2 heures de négoce. La pression qui monte. Le mec est bien décidé à m'avoir à l'usure et reste campé sur ses 800 000 dongs. Au passage, on se renseigne à l'accueil de notre hôtel qui nous dit qu'un truc comme ça, ça ne peut pas coûter plus de 80 000 dongs, soit 10 fois moins que ce qu'il demande. Bon c'est bien ce qu'il me semblait... Par deux fois le mec me serre le T-shirt en disant que si je ne paye pas, j'aurais de gros gros problèmes. Autour de nous, un attroupement d'une dizaine de vietnamiens. Nous on est 5, heureusement. On commence à se demander si on va pas appeler la police. Chaud chaud !
Finalement, la femme de l'hôtel vient à notre rescousse et apres encore un long moment, on repart alors que j'ai payé 200 000 dongs. Je m'en sors bien.

Bon, c'est pas tout mais on avait décidé de visiter les environs en moto nous. Ah oui mais là, moi j'ai plus, mais alors plus du tout envie de conduire... On prend donc un guide en plus, ce qui n'est finalement pas plus mal si on veut visiter la région. On se retrouve donc à 6 avec 3 motos. Roulez jeunesse !!

Visite d'une petite cascade, puis arrivée à une crête avec un joli point de vue. Pas mal mais voilà : aujourd'hui c'est un jour sans. Au lieu de revenir sur nos pas comme le guide le voulait, Romain et Julie comprennent de travers et continuent dans la même direction. Le guide nous explique à nous qui sommes restés derrière que le problème c'est que si l'on continue, on aura pas assez d'essence pour remonter. On attend donc les 2 autres dans l'espoir qu'ils fassent demi-tour comme des grands... Après un moment on finit quand même par se retrouver et on repart dans la bonne direction. Je me retrouve à l'arrière avec le guide. Le moteur est trop chaud et on cale toutes les 2 secondes. On laisse refroidir un peu, on fait 50 mètres et on recale... Bon, résigné, on repasse la crête à pied, à pousser l'engin. Encore une fois tout le monde s'attend. Retour à Sapa, le guide prend un raccourcis sans prévenir, bien sur on se paume à moitié mais on se retrouve quand même malgré quelques galères et attentes. La journée est longue...
Finalement Pau,l Galia et moi on décide d'en rester là pour aujourd'hui, même si on a fait la moitié de ce qui était prévu....

Le soir, alors que Julie et Romain ont décidé de rester un jour de plus, nous décidons les 3 autres, d'aller à la gare pour prendre le train direction Hanoi. Paul a réservé son ticket à un hôtel différent du notre et n'a pas de problème, alors que le ticket que nous a filé notre hôtel n'est en fait pas bon. C'est un "coupon" pour avoir un ticket... Mais voilà, y a plus de ticket ! Finalement 10 minutes avant le départ c'est un peu la panique. Paul prend le train en nous souhaitant bon courage. On trouve un mec qui nous explique qu'il peut nous changer notre "coupon" pour avoir des places assises mais non des couchettes, en nous rendant la différence. 5 minutes avant le départ, on accepte le deal et le mec tente une petite arnaque sur le change pour nous escroquer 100 000 dongs, en nous disant "allez allez, pas le temps, le train s'en va".

Finalement on s'en sort bien et nous voilà dans le train en route pour Hanoi. Quelle  journée ! Je suis lessivé et ce ne sont pas les sièges durs qui vont m'empêcher de dormir. Je me demande juste si le Vietnam va être intense comme ça tout le temps...

Publié dans Good Morning Vietnam

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article