Médecine chinoise, opium et pattes de poulet

Publié le par Léonard Jaillet

26 heures de train en siège dur, sans parler, sans vraiment dormir, à tousser, tousser. Certains diraient que ça vous forge un homme. Moi ça me fatigue et j'arrive à destination complètement à plat...

Bon, un peu d'Histoire-Géo : Guangzhou, qu'on appelle toujours en France Canton, est la capitale de la province du Guangdong, mais est avant tout reputée pour sa bonne bouffe. Avec ses gros malls et ses buildings, la ville n'a pas échappée au modernisme sauvage. Heureusement, disséminés un peu partout dans le ville, on trouve encore un paquet de petits parcs et temples pour respirer un peu. Quand la Chine se coupait plus ou moins du reste du monde pendant la guerre froide, Canton était une des dernières villes à continuer le business avec l'Ouest. C'est La ville du business ! Un des quartiers les plus fameux de la ville : l'île Shamian, (où se situe ma guest-house) passerelle vers le commerce extérieur dès le 18ème siècle. C'est par là que commence l'import de l'opium par les anglais (1773) et plus tard, la première guerre de l'opium (1840). Après la deuxième guerre de l'opium, l'île devient une concession française et anglaise et l'architecture, ainsi que l'ambiance globale de cette mini-île s'en ressent largement. Dernière particularité de Shamian : beaucoup de gens de l'Ouest et en particulier des américains qui viennent ici pour adopter des petits chinois. Du coup sur l'île on trouve une ribambelle de shops vendant des vêtements pour gamins, des jeux et autres trucs bien ciblés... et surtout, surtout, on trouve plein d'obèses blancs avec des airs plutôt patauds, en train de trimballer dans des poussettes des petits bébés chinois. Moi dans le principe j'ai rien contre, hein, mais je peux pas m'empêcher de trouver ça un peu glauque...

Les premiers jours là-bas, je les passe d'abord en solitaire, à faire le tour des parcs, à me perdre au milieu de ces grands buildings et de toute cette foule. C'est aussi l'occase de tester la fameuse nourriture cantonaise. Verdict : Et bien il y a du bon...et du moins bon... Je sais pas comment je fais mais à chaque fois que je tire un plat au hasard, je tombe sur un truc à base de pattes de poulet et j'en est un peu marre de me croquer ces cartilages...

Comme j'ai cette espèce de crève, je décide de me soigner avec de la médecine traditionnelle chinoise. Un chinois que j'ai rencontré dans l'auberge m'accompagne jusqu'à la pharmacie et je prends un premier remède, si j'ai bien compris, principalement à base de radis ! On peut pas dire que ça fasse de mal, mais je continue à tousser comme un malade, spécialement quand arrive la nuit et qu'il faut aller se coucher dans le dortoir ou l'on est entassé à 8. C'est cool, je me suis fait des amis :-D ! Les jours suivant, je décide donc de prendre un truc un peu plus costaud, à base d'un concentré de racines en tout genre et avec heureusement par dessus, un petit goût de miel. Et petit à petit, ça marche ! Ô, miracle du savoir traditionnel enseigné de maître à élève sur des centaines de générations...

Un matin, je rencontre un chinois d'une trentaine d'années sur une petite place à coté de la guest-house. Il est en vacances pour une semaine et comme apparemment beaucoup de chinois, il ne sait pas quoi faire de son temps libre... Bon, ça y est, j'ai un nouveau copain. On part tous les deux revisiter la ville. Lui habite ici depuis sa naissance et donc forcément il connaît bien le coin et ça aide. On passe dans des petites ruelles où les gens font leur marché. Plein de produits de médecine traditionnelle justement, allant de l'algue ou du champignon super chelou, à la patte d'alligator femelle. De temps en temps aussi, des chats en cage destinés à être mangés... Ce gars est plutôt sympa et il m'explique plein de trucs que je ne comprends toujours pas sur la Chine, me montre quel temple il faut aller voir et lequel il faut éviter, un bon guide quoi...

Par contre, toujours beaucoup trop obséquieux, à me dire que je suis beau, intelligent, cultivé... bon c'est vrai mais qu'est ce qu'il en sait lui :-D . En plus, quand on commence à parler politique chinoise, comme souvent ça dérape : "je vénère Mao, il a fait tellement de bonnes choses pour la Chine"... Ses principaux questionnements sur la France sont de savoir le coût des choses par rapport à la Chine. Bin oui matérialiste. Lui, c'est le bon élève, fier de faire partie des gens ayant subi une "bonne éducation" bossant ses 50 heures par semaine avec le sourire et avec l'espoir de rendre la Chine plus compétitive. Et puis non, il ne veut pas se marier parce que ça coûte trop cher et puis les femmes, c'est plein de complications...

En fin de journée, je rentre avec lui sur Shamian et d'un coup il croise un mec qui le reconnait, l'insulte, lui fonce dessus, le prend par les cheveux, le secoue, lui donne des grandes tapes sur la tête, lui coince le bras dans le dos et commence à l'emmener à un endroit. Et mon gars tout retourné qui dit "ok ,ok," et qui le suit.... Whaouuu il se passe un truc qui me dépasse là... Et qu'est ce que je fais moi ? Bin rien tiens, je vais pas rajouter mon grain de sel... Entre 2 clefs de bras, mon chinois me dit qu'il aimerait bien qu'on se voit demain et essaye tant bien que mal de me fixer un RdV... 3 minutes après je suis à la guest-house, un peu sonné. C'était quoi ce délire ?

Là-bas, je croise une italienne de 38 ans qui vient d'arriver et un australien de 55 ans. On se met à papoter tous les trois. Je leur explique un peu ce qui s'est passé et la conclusion unanime c'est que "les chinois c'est un monde à part". Même quand tu crois un peu les comprendre, il y a encore toute la partie cachée de l'iceberg..." Je commence à me demander si ce chinois ne m'a pas complètement pipoté toute sa vie et s'il ne s'est pas juste échappé de son hôpital...

L'italienne vient de passer un mois au Tibet, une des premières à prendre la fameuse nouvelle ligne Pekin-Lhasa. Encore un truc que je ferais bien si j'avais un peu plus de temps... En tout cas elle a l'air de s'être régalée.

L'australien lui est un vrai spécimen, un VRAI bag-packer. Ca commence quand je lui parle des prix des logements à Hong-Kong en expliquant qu'il n'y a rien en dessous de 18 $. Et bien lui il te sort la vieille adresse de derrière les fagots qui est sensée être à 10$. "Je ne me souviens plus exactement du nom ni de la rue, j'ai tellement voyagé..." C'est clair il se la pète.  Bon, alors combien de temps à voyager ? Dans les 30 ans !!! Forcement ça commence à faire... Il connaît  6 ou 7 langues et si on enlève quelques pays d'Asie centrale et le Japon il est presque allé partout sur la planète ! Comment est-ce qu'il gagne sa vie ? Et bien en tant que guide et interprète pardi. Du coup, le genre de voyage que je fais, à suivre les conseils du Lonely, ça tient pour lui du voyage organisé pour personnes du 3ème âge... Le gars est un vrai génie : il se fait mousser comme c'est difficilement imaginable. Il t'explique qu'il a des petites copines partout sur toute la planète. Pas plus tard que le mois dernier, il était avec 2 chinoises à la fois...  "Petites", les copines, ça c'est sur ! Sa spécialité, les nénettes entre 17 et 23 ans !! Ce mec tout rougeaud qui te dit ça l'oeil lubrique en rotant sa bière. Bahhhh, je veux pas devenir comme lui ! Je veux pas voyager toute ma vie ! En tout cas l'italienne et moi on est sur le cul.

Le lendemain matin, 9h, le téléphone sonne dans le dortoir. On demande une certaine missise Léo. Quoi, moi ? Mais je connais personne ici ! En fait c'est le chinois qui veut absolument me donner rendez-vous un peu plus tard et qui vient de réveiller tous mes voisins...  Je le retrouve donc un moment apès et il m'explique ce qu'il lui est arrivé la veille : en fait le gars qu'il a croisé est le frère de son voisin. Et comme son voisin est un "bad boy" et fait que de voler des trucs de chez lui, il a appelé la police et du coup le voisin s'est retrouvé en prison pour un mois. Ha bin voilà pourquoi l'était pas content le frangin...

Ce mec est quand même bizarre. A chaque fois que je le vois, il me dit qu'il m'a acheté un nouveau cadeau, parce que je suis son "very good friend". D'abord du thé pour mes parents, puis des masques, encore pour mes parents, puis il me dit qu'il a acheté une espèce de pierre ou il a fait gravé mon nom... Non mais ça va pas ? Bon, à chaque fois je lui dis que c'est pas la peine et lui me dit que c'est pas grand chose. A un moment on passe devant une boutique et "attends, attends, je veux t'offrir des chaussettes". Non, non, ça va, j'ai pas besoin de chaussettes... C'est fou ça !

Départ pour Hong-Kong. J'ai rendez-vous une dernière fois avec ce chinois devant la guest pour se dire au revoir et pour qu'il me file tous ses cadeaux. L'heure passe et il ne vient pas. Je pars. Est-ce qu'il avait vraiment acheté toutes ces babioles ? Mystère...

Commenter cet article

Caro 10/10/2006 13:26

Léo, une petite demande de soeurette: marques les prénoms de gens. Bon pour les prénoms chinois je comprends que ce soit compliqué mais au moins les européens.Vivement la suite!A+ sur yahooEnormes bisousCarotte

Fred 07/10/2006 20:08

Hey,

Bon je voit que tu te debrouilles pas trop mal tout seul. En tout cas l'histoire du mec est mechemmant louche .

allez bonne continuation et tient nous au courant

- Fred

Benoît L. 07/10/2006 12:03

Salut petite Léo,
Je vois que tu ne t'ennuies toujours pas.J'espère que tout se passe bien.
Au fait, merci de mettre plusieurs articles sur la première page ou alors de rajouter le module "derniers articles" car c'est pas toujours facile de suivre l'enchaînement des épisode.
A plus,