3 petits tours et puis s'en vont

Publié le par Léonard Jaillet

3,2,1, hop, c'est partit ! Un rêve qui me hante depuis tant d'années, a en parler souvent sans trop y croire, a la terrasse d'un café, au coeur d'une nuit sans sommeil, dans les moments de grande euphorie, ou quand le moral est bien bas, pour encore se faire rêver, un peu...   et puis un jour, sans savoir vraiment pourquoi, hop, le déclic se fait et on sait que c'est la-bas, au bout du chemin, devant soit. Petit a petit, les briques se mettent en place, le rêve devient projet, le vent souffle différemment dans les arbres, les difficultés maternelles font pale figure et tombent les unes après les autres,  le rêve devient réalité.

Apres plusieurs mois de préparations, un triple au revoir toulousain-lyonnais-parisien, un finish un peu dur au pas de course, avec des problèmes de visa jusqu'au dernier jour, des inquiétudes de dents, des préoccupations concernant la sente de plusieurs proches, me voilà en vadrouille autour du monde !

En guise d'introduction, rappelons un peu le contexte de ce voyage...

L' aventure commence avec l'homme de tous les voyages, le vieux briscard espagnol, l'espiègle satire, le fou  lunatique, mon grand pote Eric, alias Dead, Dédé, enfin, le Ercidemediatone, que tout le monde connaît ou doit connaître et qui vous présentera sa version des faits (a n'en pas douter, très différente de la mienne) sur son blog http://ericde.blogspot.com. Dead  a l'étrange réputation d'attirer les plans galère avant de s'en tirer avec grand panache. Un jour, un vieux borgne hindous joueur de luth me demanda si cet élément était pour moi source d'inquiétudes. Comme je me sentais dépourvu de toute repartie pour faire face a cette ambitieuse question, je pris un air énigmatique avant de glisser cette belle citation de Claude Zidi : ''Ah ! Les français ça voyage mal, c'est comme le camembert !"

Notre périple commence le 17 juillet 7h05 a Paris Charles de Gaulle, d'où nous avons décollé pour  Moscou la rouge, d'où je vous écris d'ailleurs en ce moment même. Dans ses grandes lignes, notre projet de trajet se dessine de la façon suivante : après quelques jours au coeur de l'imposante capitale Moscovite, nous devrions prendre rapidement le transsibérien en classe C (équivalent 3ème classe) histoire de rencontrer vraiment du russe de chez russe et de déguster au compte goûte les paysages sans fin de la steppe soviétique. Ce premier bout de route doit nous mener a Irkoutsk ou nous devrions rester quelques jours pour prendre notre pied (bot?!) au lac Baikal, merveille de paysages, de végétation, de faune, de flore, de bleu, de vert, de rose, la classe quoi. En plus ce lac est le plus profond du monde alors la, tout de suite, ça calme. Début Août, objectif Oulan-Bator, capitale Mongole. La-bas, nous devrions rejoindre Noemie, une amie avec en perspective des plans de dingue : suivre une famille de nomades au coeur de leur migration post hivernale, vivre dans des yourtes et faire du cheval encore et encore... choc des cultures assure. Ensuite, tout se fait plus flou. Le seul point fixe (irrationnel aux esprits sublunaires comme dirait l'autre) est que nous devons être le 31 août a Pékin d'où Dead repartira pour la France. Pour le reste, laissons libre cours a l'imprévu, aux rencontres, bons plans et autre coups de tête de dernière minute...

"Bon dieu John arrête de broder, c'est du voyage qu'on veut ! On veut savoir précisément Ou est Léo,  et quelles merveilleuses aventures il a déjà vécu au cours de ses premiers pas au coeur du nouveau monde.
Minute, je vais pas tout déballer comme ça aussi sec, pour la suite, il faudra donc attendre mon prochain post : les premiers pas.

"Partir, c'est mourir un peu" (E. Haraucourt)

"Partir, c'est crever un pneu !"(Coluche)

Publié dans Reportages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Benoît L. 21/07/2006 10:18

La suite, la suite !

Tho 21/07/2006 00:59

Dans un train d'enfer, on en est sûr maintenant ... Est-ce que tu iras au paradis ? Boah allez, j'en suis sûr aussi :)Note pour Léo : ce plagiat juste au cas où le texto passe mal les frontières ...

seb 20/07/2006 10:41

Tho.. arretes le cafe ;)En tout ca quel verve leo! Hate de lire la suite.

Tho 19/07/2006 21:37

Damn ... Un flash aveugle bruyamment mon neurone endolori quand je sens une pointe d'envie s'échiner à déflorer ma carapace de brume. Laquelle cèdera ?La suite, Léo, la suite !

Fred 19/07/2006 03:53

Marrant ca la vision de Dede est plus apocalyptique que la tienne (galere pour le communication, incapacité a ouvrir une bete porte, ...) Bref soit tu nous caches des machins, soit dead exagere les choses afin de garder sa reputation, soit vous vous etes repartis les taches facon "moi je decrit le voyage facon carte postale et toi tu geres la description du chaos ambiant". En tout cas bon bout de route a vous deux et remmenez pas trop de filles dans l'appart (la maia est partout la bas je croit ;) )

A tres bientot